Lin Yun-Ju ou l’émergence d’un diamant taïwanais

Si son nom ne vous dit pas encore quelque chose, sachez que l’on risque d’entendre parler de lui dans les années à venir.

Le jeune prodige taïwanais d’à peine 18 ans Lin Yun-Ju, né en 2001, s’est rapidement fait un nom parmi les meilleurs pongistes de la planète.

S’il a fait son entrée au sein des cent joueurs les mieux classés au monde en avril 2018, c’est véritablement au cours de cette année 2019 que le jeune homme a fait scintiller son potentiel aux yeux de tous, en atteignant le dixième rang mondial en ce mois de septembre.

Il a notamment remporté le très relevé tournoi T2 Diamond de Malaisie, en éliminant au passage les super stars chinoises Ma Long et Fan Zhendong, dont on ne présente plus le palmarès.

Ce gaucher explosif, aux déplacements ultra rapides, s’est déjà imposé face aux meilleurs joueurs de la planète, dont l’allemand Dimitrij Ovtcharov et le prometteur brésilien Hugo Calderano.

En route pour les JO !

Si Lin Yun-Ju ne faiblit pas d’ici-là, soyez sûrs qu’il cherchera l’exploit aux Jeux Olympiques de 2020, organisés à Tokyo.

Il tentera à cette occasion de voler la vedette à la star locale, le très jeune joueur japonais Harimoto Tomokazu d’à peine 16 ans, qui évolue depuis quelques temps parmi les 10 meilleurs joueurs au monde, et présenté comme le futur de la discipline.

Que l’un ou l’autre de ces deux jeunes joueurs s’impose, l’évènement constituerait une surprise, dans la mesure où la Chine s’est accaparée les six derniers titres chez les hommes. A l’exception de l’édition 2004 quand le coréen Ryu Seung-Min s’était imposé devant, évidemment, un joueur chinois.